Le projet du blog Humanités spatiales est de permettre, par le biais d’une écriture collective et collaborative, l’analyse de la manière dont l’espace cosmique est et a été appréhendé par différents groupes ou sociétés. Il est ouvert aux chercheurs en sciences humaines et sociales s’intéressant, ponctuellement ou régulièrement, à l’espace et aux activités spatiales et, tout particulièrement, à la diversité de ses représentations culturelles.


gerovitch_voices

Plongeon dans les cultures professionnelles soviétiques

24 juil 2015

Slava Gerovitch offre un outil indispensable à tout chercheur intéressé par l’histoire des sciences et de la technologie spatiales soviétiques de la seconde moitié du XXe siècle. À rebours d’une histoire-mémoire, les documents qu’il présente dans un ouvrage récent relèvent de l’histoire orale, dont l’ambition est d’accéder aux représentations de soi et du monde, et à la subjectivité des acteurs.





Fig. 6. H. et D. von Römer, Frontispice de la revue Die Rakete, juillet 1927.

Une esthétique technico-divertissante

17 juil 2015

Les premières formes graphiques qui sont publiées dans les ouvrages d’astronomie populaire sont discrètes et peu distrayantes. Au XIXe siècle, des tentatives pour fournir des images aux lecteurs se manifestent et conduisent progressivement à un déploiement de la puissance discursive des illustrations, au service de la technologie en général et de la fusée et du voyage spatial en particulier.





picturing_the_cosmos_couv

Voir le cosmos avec Hubble

07 juil 2015

Elizabeth Kessler a, dans un ouvrage récent, décortiqué dans une étude remarquable, à mi-chemin entre l’ethnographie de laboratoire et l’histoire de l’art, l’histoire de la fabrication des images du télescope spatial Hubble, de leur diffusion et de leur signification culturelle.





Jean Cocoteau, "Notes autour d'une anamorphose : un phénomène de réflexion", présentation par Aimé Michel, Le Monde et la vie, n° 95, avril 1961.

Jean Cocteau, ufologue

25 juin 2015

En 1989, les éditions Gallimard publient le troisième tome du journal de Jean Cocteau. La plupart des auteurs de recensions parues dans la presse s’étonnent alors de découvrir que Cocteau s’intéressait aux soucoupes volantes. Pourtant cet intérêt n’était ni passager ni d’ordre strictement privé.





©ESA and the Planck Collaboration.
Fond diffus cosmologique ou rayonnement fossile. Les théories actuellement validées par la communauté scientifique concernant la formation de l'univers font appel au modèle du Big Bang. Le rayonnement étudié par le satellite Planck, représenté sur cette image, est considéré comme la plus ancienne lumière encore présente dans l'univers.

Saisir les institutions par la marge

27 avr 2015

Un après-midi ensoleillé à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris. De rares habitués du lieu compulsent quelques manuscrits de Delambre, d’un Cassini, ou de Le Verrier, caressant doucement de la main la moleskine recouvrant les tables en bois. […]





Page 4 sur 512345